Charte de Jeanne de Laval

1471 « Institucion et ordonnance touchant les herbages de Beaufort ».

JEHANNE,  PAR LA GRACE DE  DIEU, royne de Jherusalem, de Sicile, d‘Arragon, de l‘Ysle de Sicile,Vallence, Maillorques, Sardeigne et Corseigne, duchesse d‘Anjou, de Bar, etc., contesse de Barcelonne, de Prouence, de Forcalquier, de Pimont, Beaufort, etc.

Savoir faisons, a touz presens et a venir, nous avoir receue humble suplicacion de noz subgez, manans et habitans au dedans des fins et methes des frous, communaulx, herbaiges, charnaiges et pasnages de nostre dit conté de Beaufort, contenant que, des heritaiges qu‘ilz tiennent de nous es fins et methes dessus dictes, ilz nous doivent et sont tenuz nous païer, par chascuns ans, grans devoirs annuelz et charges anciennes; et mesmement qu‘ilz nous font et sont tenuz faire certains charroiz, et païer herbaiges, charnaiges, pasnages et plumaiges, selon l’usance de nostredit conté, et autres grans charges, pour raison et a cause de la liberté et franchise a eulx anciennement octroyee par noz predecesseurs, ducs et contes de nosdits païs d‘Anjou et conté de Beaufort, par laquelle il leur estoit permis avoir et tenir, audedans des fins et mectes de nosd[its] herbaiges, bestes de toutes especes jusques a tel nombre que bon leur sembloit, de leur creu et nourry; et du revenu desquelles leurs bestes, tant de lectaiges, beurres, fromaiges, que de la vente qu‘ils faisoient de l‘esfoil d‘icelles leurs bestes, eulx et leursd[its] predecesseurs avoient, au temps passé, tres bien payé les devoirs et charges qu‘ilz doivent a la recepte de nostredit conté de Beaufort et ailleurs, et vivoient bien soubz nous et nosd[its] predecesseurs envie compectante, selon leur estat, jusques a ce que, depuis douze ou quinze ans en ça,pluseurs desd[its] subgez et estaigers d‘iceulx herbaiges et autres forains d‘iceulx, tant nobles, gens d‘eglise, bourgeois, marchans et bouchiers d‘Angiers, Saumur,Beaufort et d‘autres pluseurs lieux, s‘estoient avancez d‘envoier, mectre et tenir grant quantité et multitude de bestes en nosd[its] herbaiges, les ungs autres bestes que de leur nourry, et les faire venir d‘autres leurs lieux hors dudit conté en iceulx noz herbaiges, les autres les achacter hors nostredit conté et dedans ; et en ont fait et font chascun jour de grans faiz de marchandie, et les mainent et conduient, quant elles sont engressees, où bon leur semble, a leur avantaige ; et tantoust aprés, et souventes foiz avant qu‘ilz aient enlevé icelles bestes de nosd[its] herbaiges, y en mectent d‘autres meigres, tellement que, en touz temps, habonde si grant nombre de bestes en iceulx herbaiges et frouz communaulx de nostre dit conté, que le bestail desd[its] suplians, noz subgez, n‘y peuvent estre nourriz ne alimentez comme ilz estoient paravant, et sont les unes mortes et les autres asseichees par deffault de pastures, et ne puevent fructifier et aucuns d‘iceulx noz subgez ont eté forcez de vendre leurs bestes, parce qu‘elles ne trouvoient pas a vivre et pasturer en nosd[its] frouz et herbaiges, comme paravant avoient, par l‘afluance et grant multitude des moutons et autres bestes ainsi amenees et mises, par lesd[its] forains et autres, en iceulx noz herbaiges, en transgressant l‘ordonnance que, huit ans a ou environ, fut faicte ou conseil de Monseigneur et de Nous, que les bestes foraines seroient fait vuider de nosd[its] herbaiges, et par icelle deffendu de non plus y en mectre pour l‘advenir, et aussi qu‘il n‘y auroit aucun faraz de bestes chevalines ; et que icelle ordonnance eust esté faicte deuement publier et fait assavoir a cry publique, en nostre ville de Beaufort et autre part, neantmoins ilz n‘y ont aucunement obey, et y tiennent a present plus grant nombre de bestes que davant ladite ordonnance n‘avoient fait, et tellement que nosd[its] subgez supplians ne puent avoir ne tenir a present pour eulx aucunes bestes, ou que bien peu, en nosd[its] frouz et herbaiges, dont ils puissent avoir de quoy nous païer et autre part ou ilz doivent, et leur seroit force habandonner en bref temps et deshabiter nostredit conté et seigneurie de Beaufort, et tourner en grant mendicité et misere, si par nous ne leur estoit sur ce pourveu de remede et prompte provision de justice, humblement nous requerans icelle. Et a ceste cause, et pour mieulx enquerir et savoir a plain la verité de cette matere, avons fait transporter au lieu de Beaufort, et en autres contrees de nosd[its] herbaiges, noz amez et feaulx, conseilliers de Monseigneur et de Nous, le juge d‘Anjou et Jehan Du Plesseys, dit Le Begue, seigneur de Parnay, escuier d‘escuierie de mon dit seigneur et de Nous ; lesquelz, aprés qu‘ilz ont fait grant communicacion de ceste matere, tant avecques noz officiers dudit lieu de Beaufort, que autres gens anciens et bien renommez ou païs, aussi qu‘ilz ont veu, par experience et a l‘ueil, la multitude de bestes foraines estans en nostre dit conté, et qu‘ilz ont esté a certainez  des nourritures que faisoient au passé nosd[its] subgez, et qui de present n‘y en puent plus faire, ou que tres peu, a l‘occasion des dites bestes foraines ainsi amenees et mises dedans, ensemble de l‘ordonnance dont dessus est faicte mencion, de laquelle ilz nous ont fait apparoir, ont fait rapport a mondit Seigneur et a Nous, en presence des gens de nostre Conseil, les choses dessusdites estre vroyes, et lesd[its] supplians, noz subgez, se plaindre a bonne et juste cause.
Pourquoy Nous, voulans a nostre povoir les preserver et deffendre d‘oppressions et voyes indeues, et les garder et entretenir en leurs libertez et franchises acoustumees, eue consideracion aux choses dessus dites par l‘advis et deliberacion bonne et meure d‘iceulx gens de nostre Conseil, et aprés ce que avons sur ce sceu, en premier lieu, le plaisir et vouloir de mondit Seigneur, avons declairé, conclud et ordonné, declairons, concluons et ordonnons les points et articles qui s‘ensuivent :

[1.]C‘est assavoir que nosdit subgez, pour l‘advenir, en nous païant les devoirs et charges acoustumez, pourront avoir et tenir en nosditz herbaiges, toutes bestes tant que bon leur semblera, de quelque espece qu‘elles soient, de leur creu et nourry et non d‘autre, sur paine de confiscacion et d‘amende arbitraire ; sauf toutes foiz qu‘ilz ne pourront avoir ne tenir que chascun une beste chevaline et sa sequance seulement, c‘est assavoir, d‘un poulain ou deux au plus ; desquelles bestes chevalines ilz ne pourront faire faraz ne compaignie, mais les garderont chascun en droit soy, pour les dommaiges qu‘elles pourroient faire en peu de heure, en blez, prez ou autres possessions, quant elles seroient assemblees en grant faraz, sinon toutes voyes que ceulx qui tiendront icelles bestes en faraz les tenissent en herbaige particulier et prez ou pastures a eulx appartenans par ferme, louage ou autrement, et non pas esdits frouz communaulx, sur lesdites paines de confiscacion et d‘amende arbitraire.
[2.]Et oultre ordonnons, prohibons et deffendons a noz subgez dudit conté de Beaufort et a touz autres forains, soient gens d‘eglise, nobles, bourgeois, bouchiers, marchans d‘Angiers, Saumur, Beaufort et de touz autres lieux, qu‘ilz ne aucun d‘eulx ne tiengnent d‘ores en avant aucunes bestes foraines oudit conté et herbaiges, soient aumailles, chevalines, porchines, moutons, brebiz ou autres bestes, quelles qu‘elles soient, sur paine de confiscacion d‘icelles bestes et d‘amende arbitraire, comme dessus est dit.
[3.]Toutes foiz, nous entendons que nosd[its] subgez pourront bien faire achact d‘autres bestes que de nosd[its] herbaiges, pour eulx garnir et pourveoir a faire leursd[its] nourritures, quant besoing ou deffault en auroient, et du revenu et esfoil en faire comme bon leur semblera, pourveu en tout cas qu‘ilz ne le facent par fait et entreprinse de marchandie, mais par forme de nourriture, et pour eulx, avantaiger de l‘esfoil et revenu d‘icelles, comme dit est, sans grever leurs voisins par trop grant multitude, et sur les paines devant declairees.
[4.]Et pour ce que pluseurs des circonvoisins et prouchains des herbaiges de nostredit conté soient de nostredicte seigneurie de Beaufort ou d‘autre, qui de tout temps ont acoustumé mectre esd[its] herbaiges les bestes de leurdit nourry et se rendent aux lieux acoustumez a faire la recepte desd[its] herbaiges, deffraudent souventes foiz nostredit herbaige ou n‘y mectent leursdites bestes ou aucunes d‘icelles jusques aprés la feste de Nostre-Dame Angevine, que le droit de nostredit herbaige est fini selon l‘usaige acoustumé, nous avons sur ce
Ordonné et ordonnons, comme dit est, que lesd[its] circonvoisins qui ne sont pas demourans audedans de nosd[its] herbaiges, toutes foiz et quantes que leurs bestes seront trouvees audedans d‘iceulx noz herbaiges, soit devant les festes Saint George, Nostre-Dame Angevine, ou aprés icelles festes, en quelque saison que ce soit en l‘an, pour ce qu‘ilz ne sont pas subgez aux droiz desd[its] noz  charnaiges pasnaiges, et autres charges que nous doivent lesd[its] suppliants, aussi qu‘ilz donnent grans foules et charges en nosd[its] herbaiges, voulons et ordonnons qu‘ilz paient le double des herbaiges acoustumez a cause de leurs bestes qu‘ilz y mectront ou temps a venir; et y seront contrains par la forme et maniere que acoustumé est, selon  l‘usance de nosd[its] herbaiges.
[5.]Toutes voyes nous n‘entendons estre en ce comprins noz subgez et demourans au dedans des quatres bournes de nostre ville de Beaufort, hors nosd[its] herbaiges, qui ne doivent herbaiges que de leurs pourceaulx seulement, a la cause de trente livres tourn[ois] que nous doivent les demourans en nostre dite ville, de deux ans en deux ans, lequel herbaige desdits pors ilz paieront en la forme acoustumee. 
[6.]Et pour obvier aux abuz qui pourroient pour l‘advenir, estre faiz encontre cestes nosdites institucions et ordonnances, voulons et nous plaist que noz sergens dudit conté, ordinaires ou extraordinaires, presens et advenir, facent d‘ores en avant chascun jour la resserche sur lesdites bestes foraines, par les fins et mectes de nosd[its] herbaiges, et s‘aucunes ilz en puent trouver et aprehender, ilz les ameneront a nostre senneschal ou a sonlieutenant et autres noz justiciers et officiers estans audit lieu de Beaufort, lesquelx feront vendre et adenerer lesdites bestes au plus offrant, ainsi qu‘il est en tel cas acoustumé; de laquelle vendicion les deux pars des deniers qui en vendront seront applicquez a notre fisc, et l‘autre tierce partie sera pour lesd[its] sergens, ung ou pluseurs, qui en auront trouvé lesdites bestes, pour leur salaire et affin qu‘ilz soient plus curieux de s‘enprendre, a toute heure, garde.
[7.]Et si aucuns de nosd[its] subgez estoient reprins d‘avoir retiré ou recelé aucun bestail forain, en mesprisant cestedite nostredite ordonnance, voulons qu‘il soit condempné en amende arbitraire par nosd[its] officiers, a applicquer a nostredit fisc,et plus rigoreusement s‘il estoit nostre officier.
[8.]Si donnons en mandement, par ces presentes, a nostredit senneschal ou a sondit lieutenant et autres nosd[its] justiciers et officiers presens et qui pour l‘advenir seront, et a chascun d‘eulx si comme a luy appartendra, que cestes nosdites ordonnances  ilz mectent, vigoreusement et sans deport a execuction, et les facent d‘ores en avant tenir et garder de point en point sans les enfraindre et sans y espargner aucuns, de quelque estat qu‘ilz soient, en aucune maniere et sur les paines dessus declairees ; en faisans publiquement manifester, a son de trompe, cesdites presentes, a heure de marché en nostredite ville de Beaufort, pour en advertir nosd[its] subgez et autres, affin que aucun d‘eulx n‘en puisse pretendre cause d‘ignorence. Car ainsi nous plaist-il et voulons estre fait.

En tesmoing de ce, nous avons soubscrip cesdites presentes de nostre propre main, et icelles fait seeller de nostredit seel.

Donné en nostre manoir de la Menistré, le deuxieme jour de may, l‘an de grace mil CCCC soixante unze.

Ainsi signé, Jehanne.

Et sur le reply desdites lettres : Par la royne en son conseil, A. Le Sellier.

Et sont lesdictes lettres seellees des seaulx de ladite damme la royne, en queue double et cire rouge.

Source : Arch. nat., Paris, P 1334/9, fol. 172-173
Transcription par Ghuislain Brunel, conservateur aux Archives nationales


Recueillie par Jean-Marie Schio pour le site http://perso.orange.fr/jmschio