Eléments de biographies



Beignet Auguste

Né à Beaufort, le 13 août 1837.
Jeune architecte diplômé des Beaux-Arts et de l'école Constant Dufeux, il construit à Beaufort, l'abattoir, le lavoir et le troisième pont sur le Couasnon, en 1868.
Il se voit confier, la même année l'agrandissement de l'église Notre-Dame de Beaufort, puis en 1871, l'agrandissement du collège, au pied du château.
Il construit et restaure plusieurs autres églises, dont Saint-Joseph, à Angers.
Il est co-architecte du Palais de justice d'Angers.
Il reconstruit de nombreux couvents et châteaux dont le château de Cheviré-le-rouge, en 1881.
Le 21 septembre 1878, il est nommé inspecteur des travaux diocésains d'Angers. Il est révoqué le 13 juillet 1882.
Il est l'auteur d'une étude sur l'apprentissage en France.
Il décède à Angers, le 11 février 1924.

Bibard Auguste

Né à Beaufort le 24 novembre 1823.
Architecte, il participe aux travaux de construction du jardin du Mail, à Angers (1865).
En 1862, il remanie le château-fort Saint-hilaire à Vihiers pour créer l'hospice Maupassant.
Il construit la mairie de Gée, en 1862 et le manoir de la Grifferaie à Echemiré (49), en 1865, pour Louis d'Andigné.
En 1864, il construit l'église Saint-Maurice de Doué-la-fontaine.
En 1873, il reconstruit l'église Saint-Pierre de Longué.
Il est l'auteur d'un projet de théâtre municipal pour Beaufort, en 1873. Ce projet ne sera pas réalisé.
Il meurt à Angers le 14 mai 1885.

Bodinier Charles




Né à Beaufort le 7 janvier 1844 (nom d'état-civil Baudinier)
Fils de Charles Baudinier, cordier, et de Louise Gasnault
Après son régiment qu'il termine au grade de sous-officier, il entre à la Comédie Française, comme contrôleur.
Il y est nommé secrétaire général en 1882.
Il obtient la création d'un théâtre d'application pour les élèves du conservatoire, au 18 de la rue Saint-Lazare, en 1888. Ce théâtre eut comme parrain Alexandre Dumas fils.
L'année suivante, il démissionne de son poste de secrétaire général, mais garde la direction du théâtre qui prend le nom de "La Bodinière" en évoluant vers un lieu de conférences et d'exposition.
Pour se faire des revenus fixes, il assure l'été la direction du casino des bains de mer de Royan.
En 1896, il crée à Angers un théâtre de La Bodinière dans la rotonde de l'ancien Grand Hôtel, près du grand théâtre
En 1902, il laisse La Bodinière à ses concurrents et se retire dans sa maison des Ponts-de-Cé.
Il meurt le 8 janvier 1911 à Villiers-sur-Marne.
Chauvière Claude



De son vrai nom, Emilie, Marie, Aglaë Chauvière, elle naît à Paris VIe , le 14 février 1885.
Elle est la fille de Emmanuel Chauvière, député de Paris et de Maria Toilliez, bienfaitrice.
Elle se marie, le 30 janvier 1902, à Hector Rivier, instituteur.
Elle se remarie, le 12 mars 1908, à René de Récusson.
Elle fait du journalisme et écrit des contes et nouvelles.
Ses vrais débuts dans l'écriture se font en 1919.
Pendant trois ans, au début des années 1920, elle est la secrétaire de Colette, boulevard Suchet , à Paris. Colette l'encourage et facilite la publication de ses premiers romans.
Puis, Claude entreprend une vie "errante".
Elle vient en Anjou en 1928, pour se reposer au cloître de l'Esvière. Elle se fait baptiser le 2  juillet, en l'église Saint-Laud. Colette est sa marraine.
Du 2 novembre 1930 au 27 juin 1931, elle est accueillie au home familial de la rue de Calais, à Paris.
Elle meurt à La Seyne-sur-mer, le 7 avril 1939.
Conformément à son souhait, elle est inhumée au cimetière de Beaufort, ville qu'elle a parfaitement décrite, pour y avoir séjourné chez ses beaux-parents de Récusson.

Chanciergues du bord Achille alias le père Dubord




Il est né, à Paris, en avril 1780.
Il est d'abord page de Louis XVI.
Pendant la révolution, il travaille chez un peintre et, il s'engage pour sauver le roi.

La paix revenue, il vient travailler à Beaufort, comme professeur.I
Il donnait des leçons de peinture. Ses aquarelles et ses  peintures ont conservé plusieurs vues d'édifices aujourd'hui disparus.
Il meurt à Beaufort en 1877.


Chardavoine Jehan

Praticien-musicien né à Beaufort, le 2 février 1538.
Il a publié à Paris, en 1576, un volume de 190 chansons intitulé: Le recueil des plus belles et excellentes chansons en forme de voix de ville.
Il meurt vers 1580.

Couscher Jacques

Sieur de Chevré et de la Croix-Pèlerin à Beaufort. Sieur du Montil à Mazé.
Greffier ordinaire en1622 puis notaire jusqu'en 1650.
Il se marie à Jarzé, le 24 juillet 1617, avec Marguerite Barbereau, petite fille du sénéchal Urbain Le Bouvier.
Ils ont eu au moins onze enfants.Jacques Couscher est administrateur de l'Hotel-Dieu de Beaufort, en 1633.
Le 10 septembre 1649, il teste au profit de diverses fondations pieuses et charitables pour permettre les réparations à l'église Notre-Dame.
Il est fermier général du comté de Beaufort, en 1650 et gouverneur du château de la Ménitré.
Il meurt le 16 septembre 1653 ?

Couscher Michel
Fils du précédent, il est né vers 1623.
Sieur de Montplacé, en 1663.

Conseiller du Roi, lieutenant en la Sénéchaussée et siège royal de Beaufort.
Gouverneur du château de la Ménitré.
Epouse Louise Lavolée, à Beaufort, le 28 mai 1654. Louise est la fille du procureur de la Sénéchaussée de Beaufort.
Ils eurent au moins six enfants.
Michel Couscher décède à Beaufort, le 29 février 1708.
Crouin Gilles

Sieur de Cussé, à Cuon, en 1567-1573.
Conseiller du procureur du Roi et de M. le Duc d'Anjou, pour le comté de Beaufort
.
Marié à Marie Mignon et/ou à Marie Davenel?
Décédé avant le 4 août 1583..

Crouin Louis

Frère de Gilles, ci-dessus.
Sieur de Chambourg, aux Rosiers, en 1577.
Sieur de Cussé en 1587.
Procureur du Roi auprès du comte de Beaufort entre 1578 et 1582.
Sénéchal en 1595.

Crouin Charles

Il est le fils de Gilles Crouin ci-dessus.
Sieur des Fontaines (1575-1603).

Secrétaire de M. le Duc d'Anjou en 1575.
Sieur de Chambourg, en 1587.
Ancien maître particulier des eaux et forêts de Beaufort.
Sénéchal et juge ordinaire en 1585, enquêteur de cette ville, puis capitaine des château et ville des dits lieux en 1595.

Il se marie avec Marie Barenger.
Il eurent quatre enfants:

- Maurice (?), baptisé à Beaufort N-D, le 7 septembre 1575;
- Renée, baptisée à Beaufort N-D, le 24 novembre 1587;
- Charlotte, baptisée à Beaufort N-D, le 24 mars 1592;
- Marguerite, baptisée à Beaufort N-D, le 26 août 1595.


Crouin Gilles

Avocat, sieur de Chambourg.
Epouse Marye Desboys.
Un  fils Charles baptisé le  1er juin 1620.

Il signe, en 1633, le transfert de l'Hôtel-Dieu de Beaufort, dans le faubourg des moulins.

Danquetil de Ruval François

D'une famille présente à Beaufort depuis le milieu du XVIIe siècle.
François Charles Marie Danquetil de Ruval est né le 10 décembre 1757 à Meigné-le-Vicomte.
Il est le fils de Jacques Danquetil de Ruval 1716-1780, lieutenant général de police de la sénéchaussée de Beaufort et de Marthe Haran (1723-1805).
Il se marie le 3 février 1784, à Angers, avec Marguerite Berthelot de la Durandière (1763-1787).
Ils ont un enfant François-Marie vers 1786, qui décédera à Beaufort le 23 septembre 1802.
François Charles Marie est nommé maire de Beaufort le 19 messidor an VII (8 juillet 1800). Il le restera jusqu'en 1830.
Il se remarie le 18 octobre 1808, à Beaufort-en-vallée, avec Marie-Jeanne Vallet, baptisée le 24 octobre 1767 et décédée après 1832.
Il décède le 11 décembre 1832.


Danquetil de Ruval Jacques

Jacques-Louis Marie Danquetil est né à Beaufort le 2 octobre 1750.
Il est le frère de François, cité ci-dessus.
Jacques-Louis Marie devint conseiller du Roi, lieutenant général de police à la sénéchaussée de Beaufort;

Il sera membre du conseil d'arrondissement de Baugé et du conseil municipal.
Il épouse, à Saumur, le 2 mars 1778, Anne Victoire Dufour qui décédera le 27 septembre 1811.

Il est vénérable de la loge maçonnique de Saint-Jean du Secret.

Il décède en son domicile de la rue du Puits Beauchard, le 16 novembre 1827.



Denais Joseph




Joseph Denais naît à Beaufort le 21 octobre 1851.
Il est envoyé au collège de Combrée, dont Mgr Dupanloup, devenu évêque d'Orléans, faisait grand cas.
Il n'y reste pas et revient au collège de Beaufort. Il s'intéresse déjà à l'archéologie et aux  objets insolites.
Il quitte le collège en 1867, quand la direction en devient laïque.Il travaille comme clerc de notaire, à Beaufort puis à Bauné. Il rédige ses premiers articles en 1869, dans le journal l'Union de l'Ouest
Souhaitant pratiquer l'enseignement, il entre en 1870, comme répétiteur, au prytanée militaire de la Flèche. Il y fait la connaissance de Charles Cottrel passionné comme lui d'archéologie.
L'emploi du temps étant trop contraignant, il commence une carrière de journalisme, le 1er juin 1872, comme rédacteur en chef de l'Echo de l'Ouest. Il collaborera ensuite au Stéphanois, à La Défense, puis à L'Observateur Français et par des articles dans plusieurs publications littéraires ou scientifiques.
Au hasard de ses voyages et de ses relations, il réunit les pièces de ses collections.
Le 7 août 1895, il est autorisé à déposer  celles-ci au premier étage de l'hôtel de ville de Beaufort.
En 1897, il en fait don à la Ville, laquelle en prend officiellement possession en 1905, pour la déposer dans le musée construit à cet effet.
Joseph Denais décède à Beaufort le 20 octobre 1916.
Le 26 mai 1918, la municipalité décide de donner le nom de Joseph Denais au musée.

Jourdain Eloy
alias Charles Sainte-Foi

Eloy Jourdain est né le 7 août 1805 à Beaufort.
Il est le fils de Eloi Jourdain, tisserand-fabricant, demeurant à Beaufort et de Anne Hautreux.
Il étudie au petit séminaire de Beaupréau puis au séminaire de Nantes.
Il arrive à la Chesnaie en 1828, chez l'abbé de La Mennais et le suit à Malestroit en 1829.
Dix-huit mois après, Eloy Jourdain quitte le noviciat de La Mennais et va à Paris.
A partir de 1831, il parcourt l'Europe et il compose un grand nombre de livres consacrés à la foi chrétienne, la fidélité au passé, en même temps que l'ouverture à l'avenir, dans le courant du romantisme.
Il se marie à Doué en 1843 où il continue d'habiter. Victime d'une grave maladie, il se réduit au rôle de traducteur.
Le 1er février 1845, il fonde le journal "l'Union de l'Ouest", lequel cessera d'être publié, le 31 décembre 1891.
Il meurt à Doué, le 20 novembre 1863.


Laval (de) Jeanne



Fille de Guy XIV, comte de Laval, et d'Isabelle de Bretagne, Jeanne naît le 10 novembre 1433, à Auray.
Demoiselle, elle assiste au tournoi de Launay, à Villebernier, en juin 1446.
Elle épouse le Roi René d'Anjou, le 10 septembre 1454.
A la mort du Roi René, le 10 juillet 1480, Jeanne reçoit en douaire le comté de Beaufort.
Elle vient habiter à Beaufort et administre elle-même le comté, avec bienveillance et générosité.
Notamment, par ordonnance du 1er mai 1471, elle réglemente l'usage des prairies communales.
Elle décède le 19 décembre 1498, à Beaufort.
Elle est ensevelie dans la cathédrale Saint-Maurice, à Angers.


Le Boucher Augustin

Augustin Le Boucher naît à Angers le 27 mars 1826.
Il est formé par l'abbé Dupanloup au petit séminaire de Saint-Nicolas du Chardonnet.
Vicaire à Saint-Laud d'Angers, il fonde le patronage de Notre-Dame des champs, en 1850.
Il est chanoine honoraire de la cathédrale d'Angers et supérieur général du Bon pasteur, en 1858.
Il crée la revue "Le jeune ouvrier" puis le journal "L'ouvrier", en 1860.
Curé de Beaufort depuis 1862, il érige l'école chrétienne des frères en institution libre, en 1866.
Il participe à l'agrandissement de l'église Notre-Dame, aux côtés de l'architecte Auguste Beignet.
Au début du mouvement catholique ouvrier, il crée la société Notre-Dame de Beaufort, pour les jeunes, en mars 1874.
Il décourage des propositions à l'épiscopat, le concernant.
Il meurt à Beaufort, le 7 septembre 1886.
Les funérailles sont d'ampleur nationale, assistées par 118 prêtres et un représentant du pape Léon XIII.
Il est chevalier du Saint-Sépulcre; chanoine honoraire d'Angers, de Reims et de Bordeaux.

Lorier Louis

Louis Pierre Anne Lorier est né à Saint-Mathurin le 25 septembre 1756.
Il est le fils de Louis Lorier, notaire.
Il a épousé Anne Renée Marmin.
En 1796, il est président de l'administration cantonale de Beaufort.
Le 12 avril 1797, il est envoyé comme député aux Cinq-Cents.
Il fût, semble-t-il, président du tribunal de Baugé et refusa sa nomination à la présidence du tribunal civil d'Angers.
Il décède le  28 octobre 1835.

Pocquet de Livonnière
"Scévole" René-Marie


Né le 17 novembre 1845, à Beaufort.
Il est le descendant, à la quatrième génération, de Pierre-André "Scévole", né en 1728 et mort en 1794, sénéchal et juge ordinaire en la sénéchaussée de Beaufort, jusqu'en 1761.
"Scévole" René-Marie est capitaine du 29ème régiment des mobiles, en Maine-et-Loire.
Il devient conseiller général de Beaufort, honoré du titre de comte héréditaire par Bref Pontifical du 15 février 1870.
I
Il meurt le 20 juillet 1926, à Orléans



Talcourt Antoine

Artiste-peintre né à Beaufort, le 18 septembre 1638, il est le fils de René Talcourt et de Germaine de Chaille.
Il se marie à Beaufort le 15 juillet 1670 avec Marie le Douvre.
Il est notamment l'auteur d'une toile "L'annonciation", restaurée et conservée au musée Joseph Denais.
Il meurt à Beaufort le 18 août 1685.


Tarin Jean

Jean Tarin naît le 11septembre 1590.
Il est le fils de Philippe Tarin, meunier à Beaufort et de Marie Passineau.
Il étudie au collège de Beaufort puis, chez les Jésuites, à la Flèche.
Il achève ses humanités à Paris
Il est nommé recteur de l'Université de Paris, en 1625 et, lecteur royal, puis conseiller du Roi en 1629.

La même année, il obtient la chaire d'éloquence grecque et latine au collège de France.

Il se marie, à Semur, en Bourgogne, en 1628.

Il refusera plusieurs propositions d'évêché.
Jean Tarin décède le 21 janvier 1666, à Paris.



Vacharezza dit Bassy Charles

Charles Vacharezza ou  « Vaccarezza  » dit Bassy est né à Beaufort le 31 octobre 1827.
Il est le fils de Jean-Baptiste Vacharezza dit Bassy, traiteur à Beaufort, et de Jeanne Peltier.

Il est ordonné prêtre le 20 décembre 1851,
D'abord professeur au collège de Combrée, il devient vicaire à Chavagnes, le 11 avril 1855,
Il est ensuite maître d'étude au petit séminaire de Montgazon en sept 1855, vicaire à Mozé le 16 octobre 1959 et à Saumur Saint-Nicolas le 26 juin 1859.
Il est nommé curé d'Epieds le 29 août 1866 puis curé de Varennes-sous-montsoreau le 7 novembre 1868.
Il démissionne en 1899, pour raison de santé et se retire à Angers, 3 avenue de Contades.
Il décède le 25 janvier 1910.

Notes:

Les informations contenues dans ce tableau proviennent d'origines diverses.
Puisées çà et là, quelques fois interprétées, elles ne prétendent pas être exemptes d'erreurs.
Le lecteur ne pourra en faire qu'un usage personnel pour accompagner les fiches traitées sur ce site


Accès page d'accueil  du site

Date de mise à jour:31 mars 2011

 

Retour haut de page